Produits chimiques cancérogènes : 2,7 millions de salariés exposés en 2017

« Retour à la liste

 


 

 

En 2017, 2,7 millions de salariés sont exposés à au moins un produit chimique cancérogène au cours de la semaine précédant l’enquête, soit 11 % de l’ensemble des salariés du secteur public et privé en France, rappelle la Dares (direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques, rattachée au ministère du travail) dans une publication du 25 août 2021.

 

Les chiffres sont issus de la dernière enquête Sumer 2016-2017, et reposent ainsi sur des données renseignées par les médecins du travail.

 

Les salariés les plus concernés par ces expositions sont des hommes. Ils sont souvent ouvriers qualifiés, ont moins de 40 ans, et travaillent dans des entreprises de moins de 50 salariés – probablement parce que les grandes entreprises vont davantage mettre en œuvre des politiques de substitution des produits, font remarquer les auteurs et autrices de l'article, mais aussi parce qu'elles vont plus souvent externaliser leurs activités à risque en les sous-traitant.

 

La construction (36 % des salariés exposés) et l'industrie (18%) sont les secteurs les plus concernés.

 

Quelles sont les activités les plus exposantes ? La réparation automobile arrive en tête : 90,2% des ouvriers qualifiés sont exposés. Vient ensuite le travail des métaux (81,1 % des ouvriers qualifiés exposés). La mécanique et la maintenance sont aussi très exposantes pour les ouvriers, qu'ils soient ou non qualifiés, tout comme le BTP (gros œuvre, second œuvre, travail du béton, etc.).

 

La publication de la Dares souligne la difficulté à faire le lien entre les expositions professionnelles à des agents cancérogènes et les cas de cancers :

 

« L’imputabilité d’un cancer à une exposition professionnelle reste difficile à établir, du fait des durées importantes de latence et de la difficulté à identifier les expositions sur l’ensemble de la vie professionnelle. Le nombre de cas de cancers reconnus en maladie professionnelle est nettement inférieur au nombre de cancers attribuables à des expositions professionnelles, contribuant à masquer l’ampleur du risque cancérogène en entreprise. »

 


Sources : éditions législatives 2021©

 

 



Pour améliorer votre navigation sur notre site, nous utilisons des cookies.
En continuant votre visite, vous acceptez notre politique de cookies. Cliquez sur en savoir plus, pour paramétrer votre navigateur. En savoir plus Continuer